Le Tout Nouveau Guide Pour All-New Marvel NOW! – Troisième Partie : Février 2014, enfin

Commençons cet article avec une bonne nouvelle si vous détestez ces articles : on va boucler l’introduction des titres que Marvel va lancer en Février. Maintenant, la mauvaise nouvelle : il y aura douze titres en Mars, donc vous allez devoir supporter trois articles supplémentaires, et peut-être plus s’ils annoncent de nouveaux titres pour Avril. Mais si vous êtes revenus après deux articles de ces idioties, c’est que vous devez apprécier, alors pour vous, nous allons continuer ce guide.

The Punisher

Je peux vous faire un aveu ? Je n’aime pas Frank Castle. Je ne suis pas plus indisposé à apprécier les anti-héros qu’un autre, mais quelque chose dans sa croisade vengeresse désespérée contre le crime organisé sous toutes ses formes me dérange. Peut-être que tout ce temps passé à voir aux infos des fous dangereux surarmés m’a poussé à considérer que, peut-être, le Punisher n’est pas si éloigné de ces fous dangereux. J’ai un peu apprécié le run de Greg Rucka parce qu’au début il ne parlait pas du Punisher. Il était là, une force de la nature comme l’herbe qui pousse et les oiseaux qui volent, mais Rucka préférait s’intéresser aux gens normaux autour de lui, et je réalise que je me perds alors revenons à ce nouveau titre.

Frank Castle quitte New York pour s’installer à Los Angeles, où il pourra tuer du criminel dans la ville, dans le désert ou dans les montagnes. C’est un peu GTAV, mais sans les mauvaises blagues sur les femmes et les transsexuels. C’est peut-être intéressant pour vous, mais pas tellement pour moi.

D’autant plus qu’à l’écriture on retrouve Nathan Edmonson, dont on a déjà parlé dans ces colonnes. Non, son boulot ne s’est pas amélioré entre l’article précédent et aujourd’hui. Il reste l’un des types les moins excitants à mes yeux, mais qui sait ? On peut toujours espérer un miracle.

Avec lui, son collaborateur sur The Activity, Mitch Gerads, un type super talentueux avec un sens du design particulièrement malin, comme vous pouvez le constater sur le bout de couverture que j’ai choisi pour illustrer cet article. Comme pour Black Widow, j’ai au moins la certitude que le bouquin sera joli.

Mais encore une fois, pourquoi pas ? Le mélange est assez neuf pour marcher, alors peut-être que cette fois sera la bonne ? J’en doute. Mais j’essaie de vous vendre de l’optimisme, ne serait-ce qu’un tout petit peu.

She-Hulk

C’est She-Hulk ! Elle est de retour ! Elle est toujours avocate, elle est toujours verte, et elle est toujours prête pour la baston. Le pitch est simple et efficace, on a ici affaire à un bouquin joyeux avec une nana qui peut soulever une voiture comme ça pour le fun. Je ne vois pas tellement ce qu’il y a de plus à dire. Le plus intéressant ce sont les gens derrière tout ça.

Javier Pulido est un illustrateur espagnol qui s’est récemment illustré (HA HA HA) sur Hawkeye avec Fraction, mais qui a également bossé sur Hulk, Spider-Man et Robin: Year One. Il est capable de faire de l’action dynamique comme des moments plus normaux et posés, et c’est exactement le genre de personne qu’on attend pour faire quelque chose de sympa avec She-Hulk.

Charles Soule est un auteur que l’on voit un peu partout ces derniers temps. Et par un peu partout, je veux dire qu’il s’occupera de six titres en même temps chez DC et Marvel. Ce type est une foutue machine. Et le pire, c’est qu’il est bon. De Swamp Thing à Thunderbolts en passant par Superman/Wonder Woman, tout son boulot est particulièrement bien fichu, rempli de bonnes idées et super plaisant à lire. Et quand il a le temps, il est toujours avocat. Je crois qu’il faut le répéter : le mec bosse sur six scripts à la fois et il trouve encore le temps de bosser comme AVOCAT. Oubliez la coïncidence pendant un moment, ce mec est une machine ou alors il a trouvé le secret pour arrêter le temps ou quelque chose de cet acabit.

Bref, oui, le bouquin devrait être bon, sauf si, par une erreur d’inattention, Charles se goure et envoie un script de Red Lanterns à la place. Ce sera bon hein, mais un peu zarb.

Wolverine

Ça ne va pas super bien pour Wolverine en ce moment. Entre ses problèmes de X-Men et l’école de jeunes mutants qu’il doit gérer depuis le Schisme, sans compter la demi-douzaine de bouquins dans lesquels il est contractuellement obligé d’apparaître, sa vie n’est pas super super folichonne. Et ça, c’était avant qu’il perde son pouvoir de régénération. Décidément, tout cela est trop compliqué, alors dans son bouquin solo, désormais renuméroté, Logan va tout lâcher et rejoindre une bande de super-vilains paumés.

C’est écrit par Paul Cornell, un briton super sympa qui a commencé sa carrière en écrivant à droite et à gauche du Doctor Who – la Famille de Sang, c’est lui – avant de faire d’excellents comics pour DC dont un excellent run sur Action Comics et le très malin et très rigolo Demon Knights, un bouquin d’héroique fantasy parti trop tôt. C’est un type extrêmement recommandable, approuvé par la maison.

Et au dessin, joie, on retrouve Ryan Stegman, un type au trait très brutal et dynamique, qui s’est principalement fait connaître en illustrant cette foutue abomination qu’est Superior Spider-Man. Il est incroyablement talentueux, et je suis plutôt ravi qu’il dessine Wolverine.

Seulement voilà : jusqu’ici, le run de Paul Cornell sur Wolverine était un peu chiant comme la pluie. Pas spécialement mauvais, hein, mais juste, assez ennuyeux. Du coup, je n’ai pas tellement envie d’en voir la suite, aussi géniaux ses créateurs soient. Et ça me rend triste, tellement triste. Mais je vous dois aussi la vérité, lecteurs adorés.

X-Force

Après trois ans d’Uncanny X-Force, et un an de Cable and X-Force, le bouquin à base de mutants qui agissent dans l’ombre pour protéger coûte que coûte leur petit train de vie revient aux fondamentaux. Un seul titre, une seule équipe, et Cable qui donne les ordres. Mais il sera flanqué de Psylocke et de Fantomex histoire de conserver le meilleur des deux mondes. Et avec eux il y aura Marrow, histoire de ne pas laisser le rêve des années 90 mourir.

Après, c’est X-Force, mais dans le contexte de 2014. Il y aura de l’action, il y aura de l’espionnage, et il y aura un peu de politique pour lier tout ça. Et en pleine ère des drones, de la NSA et d’Edward Snowden, toutes ces affaires risquent d’être plutôt intéressantes.

D’autant plus que c’est Simon Spurrier, qui s’apprête à terminer un run déjà culte de X-Men Legacy, qui va écrire toutes ces réjouissances. C’est un de ces anglais que Marvel a pioché après l’avoir découvert dans 2000AD avant de le balancer sur une mini-série (Ici X-Club, un truc rigolo à base de super-science mutante), et qui fait des trucs super sympas de son côté comme Six-Gun Gorilla. Il est drôle et extrêmement malin, et c’est toujours très appréciable.

Avec lui, Rock-He Kim, un artiste coréen dont c’est le premier bouquin après avoir bossé sur tout un tas de storyboards et quelques comics en digital. A part les quelques couvertures qui ont été révélées, il n’y a pour l’instant pas grand chose à se mettre sous la dent, mais ce sont de très jolies couvertures.

C’est vraiment le seul truc qui m’inquiète, mais pas assez pour ne pas être totalement enthousiaste. Mais peut-être qu’ils vont ressortir Rob Liefeld du placard à un moment parce que le monde ne peut pas supporter que je sois heureux. J’y crois peu, mais soyons prêts.

LA PROCHAINE FOIS : On parlera d’aveugles, de Nicolas Cage, de pilotes et de haine absolue.

The following two tabs change content below.

Arez

Arez est le meilleur au monde dans ce qu'il fait, et ce qu'il fait consiste à lire des illustrés et à pleurer tout seul dans sa chambre. Mais il est plutôt gentil.

Tags: , , , , ,

Pas de commentaire.

Laisser un commentaire :