Marvel’s Agents of S.H.I.E.L.D. – 1×13 – T.R.A.C.K.S.

Il est arrivé, mesdames et messieurs, le meilleur épisode de la série jusqu’à présent. Bon, on pourrait appliquer cette formule à chaque nouvel épisode maintenant, puisque la série ne cesse de s’améliorer, mais cet épisode est certainement la parfaite illustration de ce que doit ÊTRE la série. C’est le pilote qu’on aurait dû avoir, sauf qu’il arrive treize épisodes plus tard.

Car ce que nous propose cet épisode, c’est un épisode très rythmé et qui se veut avant tout orienté action, du moins dans un premier temps. Avec un début in media res, efficace et qui évite de nous faire perdre notre temps, notre chère équipe du S.H.I.E.L.D. se retrouve à bord d’un train dans l’optique de tomber nez à nez sur Ian Quinn, unique personne connue ayant un lien avec le Clairvoyant. Là où la série excelle, c’est qu’elle arrive tout autant à captiver le spectateur, à lui délivrer sa dose d’action nécessaire (il faut dire que la réalisation progresse elle aussi) tout en jonglant avec l’humour typique de chez Whedon et de chez Marvel (le gag sur la technologie, priceless), sans en oublier l’impact émotionnel et la mythologie de la série.

Car cette semaine, on ne perd pas de temps pour nous faire replonger dans les nombreux fils rouges. On y retrouve Ian Quinn, qui est passé du stade « d’ennemi de la semaine » à celui « d’ennemi régulier », ce qui reste une agréable surprise puisque le personnage ainsi que l’acteur qui l’interprète sont typiques d’un style Whedon. L’agent Mike Peterson, disparu suite aux événements du 1×10 réapparaît et continue d’être dans la lignée du personnage : un homme obligé de faire le mal pour le bien de son fils, mais qui n’en oublie pas la moralité de ses actions. Un personnage clairement intéressant, peut-être pas encore exploité de la meilleure façon mais qui regorge de potentiel, l’acteur arrivant même à insuffler de l’émotion à son rôle.

Mais c’est surtout l’absence de « mystères » qui réjouit, ces derniers ayant plombés la première partie de la saison. Cette fois-ci, Coulson fait du Clairvoyant sa priorité, quitte à laisser ses agents sur le carreau, et Skye cherche également à savoir ce qu’elle est, jusqu’à un cliffhanger qui promet beaucoup pour la suite. L’intrigue se révèle ainsi enrichie et satisfaisante mais surtout, on prend plaisir à voir une équipe et des personnages qui n’ont plus besoin de caractérisation ou de mystère pour gagner de l’épaisseur, chacun trouvant parfaitement sa place au sein de la série. Et il faut dire que l’équipe va être mise à rude épreuve après ces nombreux échecs au fil des épisodes.

Il me semble logique que le Clairvoyant essaye de recruter toutes les personnes ayant eu accès à des super-pouvoirs, et qui ont interagit avec l’équipe du SHIELD. Difficile de savoir si ils ont tous « mal tourné » mais il est sûr que certains pourront avoir des reproches à faire. Un danger guette ainsi notre chère équipe et il me tarde de voir ce que cette fin de saison nous prépare.

Et surtout, le plus beau compliment que je puisse lui faire, c’est qu’on se serait presque cru dans Person of Interest. Certes, la série n’en est pas encore arrivé au même niveau d’un point de vue de la qualité (et avec cette saison 3 de folie, difficile de faire mieux) mais pour une fois, on sent que l’épisode de la semaine fait office de bon divertissement, donnant même l’envie de revenir la semaine prochaine. Mais surtout, on pourrait dire que la série correspond enfin à un esprit Whedon qu’elle se réclamait depuis ses débuts. Il reste encore à en avoir la profondeur mais laissons le temps s’en occuper.

Tags: , , , , , , , ,

Pas de commentaire.

Laisser un commentaire :