Marvel’s Agents of SHIELD – 1×18/1×19/1×20 – Providence/The Only Light In The Darkness/Nothing Personal

Désolé pour le retard, mais avec tous ces dossiers à rendre pour l’université, je n’ai pas eu le temps de vous donner votre dose de review hebdomadaire, je m’en excuse. Cependant, j’ai la chance que les trois derniers épisodes se suivent chronologiquement ce qui va me faciliter un peu la tâche, en plus de prouver que la série fonctionne mieux lorsqu’elle part dans le feuilletonnant.

Le dernier épisode, le 1×17, était une resucée des événements de Captain America 2, si bien que la série manquait d’originalité en reproduisant les éléments narratifs du film, mais l’épisode se terminait sur un twist plus qu’intéressant : Ward obéît finalement à HYDRA et non au SHIELD. Une trahison à la fois pour l’équipe mais également pour le public, il restait à voir comment ce virage allait être négocié.

Et autant dire que pour l’instant, ça ne sent pas la sortie de route. La présence de Ward dans le camp adverse nous sert avant tout de lien avec les ennemis, qui sont TOUS de retour pour cette fin de saison : que ce soit Raina, la femme dans une robe à fleurs, Quinn, Deathlok ou le futur Graviton, voir ces différentes personnes s’unir nous fait un bien fou devant cette terrible épreuve que notre équipe va devoir endurer. Ce lien arrive alors à rendre attachante cette équipe d’ennemis par le biais de discussions qui exposent un peu plus leurs différentes motivations et personnalités.

Mais sa relation avec Skye va évoluer également, et va adopter un tout nouvel angle : si le fait qu’il soit tombé amoureux d’elle paraît ridicule, le danger qu’il représente nous place davantage dans la situation de Skye, qui prise au piège, se doit de donner le meilleur d’elle-même pour sauver sa peau mais aussi celle de son équipe. Alors que le SHIELD vient d’être exposé et détruit, elle devient finalement prête à aller de l’avant et à s’investir encore plus, faisant de Ward une cible personnelle ainsi qu’une motivation pour continuer, reste à savoir si le tout ne va pas se transformer en vengeance.

En ce qui concerne le reste de l’équipe, c’est moins impressionnant. On est ravis d’avoir affaire à davantage d’ex-agents du SHIELD, afin de donner cette sensation d’un univers qui ne repose pas uniquement sur les épaules de nos héros réguliers mais l’arrivée dans le Fridge n’aura servi qu’à faire une pause, un souffle avant de repartir de plus belle dans l’action. Là où le QG aurait pu se rendre utile, un dernier rempart contre l’envahisseur, l’idée est vide abandonnée au profit de l’avion qui semble décidément la seule maison de notre équipe.

Simmons et Fitz nous jouent encore la carte de la relation amoureuse, sauf qu’il serait temps que Fitz prenne son courage à deux mains. Heureusement, leurs scènes sont courtes mais il manque encore beaucoup de coeur dans ces scènes pour qu’on s’y accroche. Même remarque pour l’épisode 1×19, qui nous montre pour la toute première fois l’amour de Coulson, à savoir la fameuse violocelliste présentée dans le film Avengers, mais dont l’arrivée brutale et brève, sans compter qu’elle est poursuivi comme de par hasard d’un méchant de la semaine, n’arrive pas à susciter la quelconque émotion, malgré le jeu de Amy Acker, décidément formidable dans tous ses rôles, même les moins bons.

Pendant ce temps, May est mise à l’écart, cherchant d’elle-même des réponses aux questions de Coulson, et fonctionne d’ailleurs très bien en solo, comme le suggérait sa personnalité. On sent dans cette storyline la rédemption nécessaire face à sa trahison en obéissant aux ordres de Nick Fury, et elle s’en sort bien. Elle est également un avertissement à toute l’équipe, elle sera la seule à s’en sortir, et Ward risque de ne pas connaître le même sort.

C’est également l’occasion de nous en dévoiler un peu plus sur Coulson, perdu face à la destruction d’une grande partie de sa vie, essayant de garder espoir dans une situation qui n’en contient plus aucune, parfois au détriment de sa santé mentale ce qui ne rassure pas le reste de l’équipe. Heureusement, la série ne prend pas totalement son parti, s’il est nécessaire de terminer le boulot en détruisant HYDRA, la question de l’utilité du SHIELD reste toujours d’actualité et les conditions de travail risquent de changer rapidement.

Une actualité chargée pour notre équipe, d’autant plus que tous les enjeux s’enchaînent pour nous préparer au dernier épisode de de la saison d’ici quelques jours. On peut d’ores et déjà confirmer que cette seconde partie de la saison à réussir à nous convaincre de revenir l’an prochain. Attendons de voir ce qu’elle nous réserve pour la semaine prochaine et prions pour qu’elle ne baisse pas en qualité pour sa seconde saison.

Tags: , , , , , , , , , ,

Un commentaire pour “Marvel’s Agents of SHIELD – 1×18/1×19/1×20 – Providence/The Only Light In The Darkness/Nothing Personal”

  1. Pso 3 mai 2014 à 21 h 21 min #

    La série remonte tellement dans mon coeur, au point que j’attends vraiment la fin de saison pour voir ce qu’ils nous préparent, c’est ouf.

    Même si c’est pas encore parfait, je m’attache de plus en plus à l’équipe, ça prend une bonne tournure depuis l’impact de Captain America 2 et le vrai potentiel de la série de dévoile toujours un peu plus (avec, comme tu le dis, l’unification des « méchants », ça commence à « servir à quelque chose »).

    Par contre, même si effectivement, ça tombait peut être pas au bon moment, j’ai vraiment bien aimé le passage avec la violoniste. Ouais, il y avait le « méchant de la semaine » avec, mais le fait qu’ils reviennent sur cet aspect là du background de Coulson, c’est vraiment sympa et montre un peu plus qu’ils utilisent bien ce qui a été distillé auparavant. Après, on pourra redire sur la réal et tout, mais c’était chouette quand même.

    Par contre, la chute libre du dernier épisode, autant c’est super fun en soi, très Joss Whedon dans l’esprit, autant on sent que ça a flingué le budget à vitesse grand V 😀 Mais ça valait le coup.

Laisser un commentaire :